Archives de catégorie : Actualité du bio

Toute l’actu des événements, actions, salons et marchés autour du Bio.

Le salon européen du commerce équitable du 2 au 4 octobre 2009

Chez pur-café les salons on connaît ! Rappelez-vous notre virée sauvage au salon du Bio… On s’était pourtant dit : «  allez, on arrête de faire les clampins, l’an prochain on prend un stand au salon du commerce équitable». J’avais précieusement gardé le tissu des capes de super-héros défenseurs du bon café que je n’ai jamais cousues, espérant que cette fois Pursamy ne mettrait pas son véto de peur de porter des collants…. J’étais presque sûre de le convaincre, et je caressais déjà l’espoir de devenir PurSarra, armée de ses dosettes magiques, la cape virevoltant le long des allées de la Halle Tony Garnier. J’y ai vu Ziggy stardust il y a quelques années, bon certes il avait déjà la cinquantaine mais ça donne quelques idées…

Le truc, c’est qu’un salon ça coûte vachement cher. Et PurSamy m’a dit, ok pour le salon mais seulement si tu y vas pour signer des autographes pendant que je sers le pur-café.

J’ai donc plus que jamais besoin de vous !!! Je DOIS devenir célèbre pour avoir le droit de porter ma cape dans les allées d’un salon ! Je promets de publier minimum 4 messages par semaines, revoir la ligne éditoriale du blog, lire l’actu tous les jours pour trouver des sujets cool, et répondre à tous les commentaires. D’ailleurs, Mr imperméable gris, chose promise, chose due : 90-70-89, un vrai footballer… Faîtes de moi une signeuse d’autographe ! Abonnez-vous à mes articles ! Laissez libre court à ma mégalomanie, Moi Moi MOAAAAAAAAAAAA… Mmmmhhhmm, je m’emporte un peu là, et j’en oublie de vous parler du sujet de l’article !

Le salon européen du commerce équitable ouvrira ses portes le 2 octobre 2009. Au coeur de ce projet, Equi’Sol est une association qui vise à promouvoir le commerce équitable en région Rhône-Alpes depuis 1996. Ce salon s’inscrit dans le projet Fair Trade in Europe piloté par un comité européen qui souhaite favoriser les partenariats et les collaborations, approfondir l’espace de discussions autour du commerce équitable et élargir sa visibilité.

salon-commerce-equit

Share

Le Printemps du BIO (c’est déjà fini ?)

L’agriculture biologique prend de plus en plus de place dans nos vies : 44% des interrogés consomment un produit BIO une fois par mois, 74% des consommateurs de produits BIO ont l’intention de poursuivre dans cette voie !

Cette année, le Printemps du BIO fête ses dix ans, une décade pour informer, pour sensibiliser, pour valoriser des produits issus d’une agriculture respectueuse de l’environnement et de ses consommateurs.

printemps du bio

Mais que représente le BIO dans ma vie à moi ?
Quiconque a déjà mis un pied à la maison en a une petite idée…
Pour vous donner un exemple, chez moi, il y a deux frigo. L’un branché, classique, froid… L’autre constamment entre-ouvert, non branché, transformer en une véritable petite cave à café bio, à thé bio et autres tisanes bio.
Attention, il ne s’agit là que des produits en attente d’ouverture, mon café en cours est au frigo (comment conserver son café), et mon précieux thé gentiment rangé dans ses boites à thé en métal fraîcheur.

Et entre colocs, on se répartit les tâches. Lionel, c’est un peu notre Winnie local, le miel BIO des Pyrénées, c’est lui. Les légumes en général, c’est plutôt le truc de Sylvianne. Et moi, je m’occupe des commandes de pur café !

Mais bon, comme on n’est pas chez les bisounours, ça pose parfois quelques problèmes. Il y a quelques semaines, Sylvianne a osé faire vivre la concurrence café… Elle voulait soi-disant tester du haut de gamme, du café de petit torréfacteur de père en fils depuis la VII ème dynastie d’Osiris. Du café doré à l’or fin, torréfié avec la passion d’un artiste, ensaché avec la délicatesse et la dextérité d’un harpiste… On est tous restés sur notre faim… Trop torréfié, bien éventé, arômes basiques… Je reste donc la reine du café, mais je commande en accord avec mes deux loustics.

J’aurais pu m’arrêter là.

Sauf que j’ai un nouveau credo : manger complètement BIO !
Ce petit projet (pourtant validé par mes chers colocataires) est en attente depuis quelques semaines, la raison est simple : je n’ai pas encore eu le temps de m’organiser et de bannir mes anciennes habitudes !
Je me dis parfois que manger BIO, ça demande un porte-monnaie plus étoffé, à être obligé de s’inscrire sur une interminable liste d’attente pour un panier BIO hebdo, à faire une étude soigneuse des labels et des garanties offertes par le vendeur. C’est bien le problème quand on travaille dans un domaine, nos exigences sont soudain plus élevées qu’avant. Et puis je l’avoue, je suis certes la reine du thé et du café, mais en légumes, en viandes, en lait, je n’y connais pas grand chose…

C’est là que le Printemps du BIO entre en jeu !
J’ai relancé mon challenge pour cette quinzaine : déguster BIO, visiter BIO, et même, me divertir BIO !

Parce que ce Printemps, c’est surtout une somme d’évènements sur toute la France, voici mon petit programme :

-Le 7 juin, je suis d’abord allé rendre visite aux animaux de la Ferme de la Noue à La Celles les Bordes dans le 78 pas très loin des céréaliers de la Ferme de la Budinerie

– J’ai également pu déguster du pain BIO le 10 juin chez Canal Bio sur le quai de Loire dans le 19ème

– Le 13 juin, ce sera au tour de la ferme de la famille Renard (10, rue Dyte – 78 690 Saint-Rémy L’honoré) qui vend des légumes bio. Puis de la Cressonnière de la Vallée Colleau, à Méréville dans le 91

– Le 14 juin j’irai voir des stands de professionnels à la Ferme de Paris au bois de Vincennes.

– et j’irai découvrir Charlotte Normand qui se met au vert tous les jeudi de Juin au théâtre Popul’air de la rue Chevreau dans le 20ème.

Je sais, c’est encore un programme de Parisienne… mais le Printemps du BIO est national ! Des animations en région se préparent : Animations bio par région
Joyeux Printemps du Bio !

Share

Je teste pour vous : Gommage au café bio Thémis

Dans ma fabuleuse quête de produits dérivés au thé et au café bio, j’ai découvert les produits Thémis et notamment leur Gommage Couleur Café  :  première ligne de soins cosmétiques garantie biologique et équitable.

Attention, ceci n’est pas un billet sponsorisé, ce n’est que mon avis personnel, impartial et impitoyable. Si il est positif, tant mieux, sinon, tant pis…

Intriguée par les vertus du café en matière cosmétique, j’ai décidé de me lancer dans l’aventure et après une petite semaine d’attente cet instant gommage m’a doucement propulsée vers le nirvana…

L’ouverture du pot fut un instant de pur-délectation ! Une délicieuse odeur de crème au café a envahi mes narines si bien qu’il m’a fallu quelques minutes pour retrouver mes esprits et ne pas tomber dans la cosmétophagie…

Le lendemain matin, je me suis lancée. Première constatation, la texture crème est infiniment légère et onctueuse, du coup je n’y suis pas allée avec le dos de la cuillère… Ensuite, l’épaisseur du grain est impressionnante, le gommage est donc très efficace mais tout en douceur grâce à l’alliance du beurre de cacao bio et de l’huile de sésame. D’expérience, c’est le meilleur gommage de corps que je connaisse ! Pour vous dire, j’ai même abandonné ma procédure habituelle : crèmage et autres parfumages quotidiens pour profiter pleinement des vertus cosmétiques et du parfum du café tout au long de la journée.

Pour chaque produit, Thémis nous parle de la coopérative équitable d’où proviennent les ingrédients de ses cosmétiques.  Le café et le cacao proviennent d’une coopérative péruvienne, le sésame du Nicaragua. Le gommage couleur café, c’est un voyage dans sa salle de bain !

Bonne dégustation, euh…. crémation… euh… crémage gommage ouf !

Petit plus : la cuillère qui évite de tremper allègrement les doigts dans le pot !

Share

Nous resterons sur Terre… et dans la salle ?

Mercredi soir, j’étais drôlement enthousiaste à l’idée de découvrir un nouveau film écolo, tout beau, tout chaud, tout droit sorti des studios. Seulement, je suis toujours à la bourre… Sachant que Nous resterons sur Terre n’est diffusé que dans 52 salles dont 4 cinés parisiens, j’avais un peu peur de me retrouver à la porte, sans place, obligée d’attendre la séance de 22h25. Au comble du stress, je demande vite mon ticket à la dame puisqu’il ne reste que 42 places…

Mais quelle ne fut pas ma surprise en rentrant dans la salle !
A vrai dire, j’ignorais qu’il existait de si petites salles à Châtelet, mais pourquoi pas après tout. Et comme le film ne commençait toujours pas, je me suis mise à compter. Grosso modo, on devait être une trentaine.

Bref, considérations statistiques faites et surprise dépassée, j’ai commencé à apprécier. Nous resterons sur Terre, c’est d’abord une succession d’images incroyables. On regrette parfois d’ailleurs la petite légende qui comblerait nos lacunes en géographie…
nous resterons sur terre

On a aimé :

– la mise en image du paradoxe entre la majestuosité de la nature qui nous abrite et le développement d’une société factice, industrielle, surproductive, destructrice et finalement peu humaine.
– la bande son parfaitement orchestrée par Ludovic Bource et Mark Taylor.
– la réalisation d’Olivier Bourgeois et Pierre Barougier, ces passages en accéléré qui vous donnent parfois la nausée, ces plans aériens qui vous transportent au-delà du monde connu.

On s’est interrogé :

– sur la pertinence des remarques plutôt creuses d’experts de talents. Pourquoi leurs interventions ne dépassent-elles pas plus souvent le stade de la constatation ? En quoi font-elles avancer le film ?
– sur le manque de structure, on aurait peut-être apprécié une trame narrative plus construite, plus informative pour dépasser les images et nourrir nos réflexions.

On est sorti un peu abasourdi, mais finalement, on n’en savait pas plus.
Pendant la séance, 4 personnes ont choisi de quitter la salle mais cela nous a-t-il vraiment étonné ?

Faut-il passer par le choc des images pour faire réagir le public sur l’environnement ? Ou choisirons-nous le dialogue et la pédagogie pour faire avancer nos combats pour sa protection ?

Si vous aussi, vous avez fait le déplacement en salle, n’hésitez pas à venir en discuter ici. En attendant vos avis, une petite tisane bio et au lit.

Share

Sans plomb à la fleur de sucre bio ?

Le prix du carburant est devenu un véritable cauchemar fluctuant au rythme des crises pétrolières. Combien faudra-t-il encore de dépressions de conducteurs de Hummer H2, de Porsche Cayenne ou plus modestement de fuego racing et de BX GTI  pour que de nouvelles solutions concrètes soient proposées ?

Heureusement, la recherche en source d’énergie alternative progresse petit à petit et on peut espérer, un jour ou l’autre, pouvoir rouler 100% propre. Depuis pas mal de temps, la canne à sucre est considérée comme une source d’énergie très intéressante même si le bioéthanol qui en est produit est un biocarburant de 1ere génération.

Après le Brésil, spécialiste en la matière (75% des voitures vendues au Brésil en 2006 sont flex fuel et peuvent donc rouler au bioéthanol), c’est le gouvernement du nord-est du Nigeria qui se lance dans le développement d’un bio-carburant fabriqué à partir de la canne à sucre.

Ce projet prévoit, dès ces débuts, une production de 100 litres de bioéthanol par jour et le gouvernement nigérian, qui aurait déjà débloqué 130 000 dollars pour le financement des recherches, compte bien augmenter très rapidement la production à 300 litres par jour.

On est loin des 40 millions d’hectolites par jour (sic…) du Brésil mais c’est un bon début et cela marque surtout l’entrée de l’Afrique sur un marché porteur. Dans un futur proche, le maïs et le manioc seraient également sollicités comme matière première de bio-carburant. Des perspectives intéressantes même si il faut espérer que cela ne se fera pas à défaut de la production de denrées alimentaire dans un pays qui souffre déjà de famines régulières.

De notre côté chez Pur café, on pense d’ores et déjà à raffiner une partie de notre stock de sucre complet pour devenir la première cyber-station essence bio 😉

Je vous laisse, je dois partir acheter des salopettes bleues pour toute l’équipe !

Biocarburant à base de sucre de canne

Share

La nature dans la peau !

J’en entends déjà certains fredonner mais non, cela n’a rien à voir avec  le tube de zouk machine… Cela pourrait à la rigueur avoir un rapport avec Michael Jackson mais ces crèmes-là ne font pas blanchir la peau. Parlons donc des cosmétiques naturels, écolos, en un mot : BIO.

Depuis 2 ans, ces produits ont connu un essor incroyable. L’envie de retrouver plus de naturel, la volonté de préserver l’environnement et les efforts fournis par les fabricants de cosmétiques bio ont permis à tous ces produits de se développer très rapidement. De nombreuses petites marques sont nées, les sites internet de vente de produits bio se sont multipliés et les géants de la cosmétique « conventionnelle » veulent tous leurs marques bio ou leurs gammes bio.

Pas facile de s’y retrouver dans cette nouvelle offre pléthorique. Surtout que l’efficacité n’est pas toujours au rendez-vous ou en rapport avec le prix. De mon point de vue, le plus sage est de se tourner vers les pionniers, ceux qui existent depuis 20 ou 30 ans et qui ont une véritable expertise de la cosmétique « verte » ! C’est pourquoi je voudrais citer le laboratoire Jacques Paltz qui a construit toute sa gamme de produits autour des huiles essentielles depuis les 70’s.

logo laboratoires Jacques Paltz

Particulièrement puissantes, les huiles essentielles permettent d’obtenir des soins très efficaces  qui respectent votre peau. Hygiène, soins du visage, du corps et des cheveux, produits pour le sport, le labo Jacques Paltz propose un catalogue de 60 soins et d’une centaines d’huiles essentielles pures ou en composés. Une petite astuce, les huiles essentielles sont idéales pour lutter contre le retour de l’acné suite à l’exposition au soleil estival. Faites le test !

S’il vous fallait une autre garantie d’engagement et de sérieux, sachez que le laboratoire Jacques Paltz est également co-fondateur de la charte Cosmébio qui définit les règles de certifications des cosmétiques bio.

Alors à vos tubes !

Share

Du thé vert dans vos baskets

Après les cartons d’emballage, les cartes de visite ou encore les tatamis, voici la dernière trouvaille des Japonais pour recycler les feuilles de thé infusées : des semelles…

La petite société Nihon Chemifelt, fabricant de matériaux en caoutchouc, vient de créer des semelles de chaussure à base de thé recyclé ! Bien connu des sociétés de cosmétique et de produits d’entretien pour ses propriétés déodorantes et anti-bactériennes, le thé vert semble ici faire merveille dans l’assainissement des baskets tout en laissant un parfum doux et appétissant (ça, c’est eux qui le disent…)

Pour trouver la matière première, ils se sont associés au groupe Itoen qui commercialise une boisson au thé vert extrêmement populaire au Japon et dont les chaînes de production produisent d’énormes quantités de résidus de thé. Les déchets obtenus lors de la fabrication d’un seul litre de thé suffisent pour fabriquer une semelle et la société Itoen en a produit 900 millions de litres en 2007. De quoi semeller les sportifs (et même les pseudo-sportifs) du monde entier !

Baskets qui sentent pas le thé vert

Share

Printemps du Bio 2008 : aussi dans ta région !

Printemps du bioQue d’événements en ce moment ! La 9ème édition du printemps du Bio se déroule du 1er Juin au 15 Juin 2008, partout en France.

A cette occasion, les agriculteurs Bio « ouvriront leurs portes » au public (fermes, entreprises, …). Le but étant de présenter leur façon de cultiver ou transformer les produits agricoles en harmonie avec la nature et de valoriser ce concept pour un futur meilleur.

De nombreuses manifestations (consultables sur www.printempsbio.com) auront lieu dans toutes les régions : repas Bio en restauration collective, conférences, marchés, salons, etc.

Allez-y, c’est le moment ou jamais de désacraliser le bio et d’en faire quelque chose d’évident et de banal dans votre vie de tous les jours.

La devise : « Consommer Bio, c’est voir plus loin » (sûrement une histoire de lunettes bio …).

Edit de dernière minute : Pour marquer l’événement, jusqu’au 15 juin nous vous offrons 5% de remise avec le code BIOPOURTOUS valable sur la totalité de votre commande à partir de 30€ d’achat ! Une raison de plus pour passer au bio.

 

Share

Du Commerce Equitable et du Bio avec le Blog Equitable

logo blog équitableVous allez me dire : encore un blog sur le bio et le commerce équitable ? Eh bien oui, mais cette fois il est bien possible qu’il s’agisse d’un des meilleurs.
Lancé fin 2007 par une véritable « consommatrice responsable », Lisa Leroy, le blog du commerce équitable et du bio www.leblogequitable.com est un nouvel espace d’échange unique (et indépendant) où les passionnés et les curieux du commerce solidaire et des produits naturels peuvent communiquer et débattre autour de nombreux thèmes (quotidiennement proposés).

Qu’est-ce que le commerce équitable ? Où peut-on trouver des produits bio ? (moi j’ai une petite idée là-dessus) Comment intégrer une démarche éthique et équitable dans son comportement d’achat ?
En résumé : Tout ce qu’il faut savoir sur le commerce équitable et comment s’engager au quotidien pour consommer naturel, préserver la planète et améliorer les conditions de vie de ces millions de producteurs.

Actualité, gestes citoyens, bons plans du bio et du commerce équitable, recettes, reportages video… Lisa vous propose le plein de rubriques pour apprendre les principes du commerce équitable, la cuisine bio et comment adopter un comportement un peu plus écolo dans la vie de tous les jours.

Et avant d’aller faire un petit tour sur www.leblogequitable.com, reprenons tous ensemble cette petite maxime : « pour que demain soit plus juste qu’aujourd’hui, partageons ensemble notre passion du monde, de l’homme et de son travail ! »

Share

A ne pas faire avec un pot de confiture

Voilà le dernier spot de pub pour Max Havelaar qui tourne sur le net depuis quelques temps. Vous allez me dire que c’est du déjà vu et que j’arrive 10 ans après tous les autres bloggers… Et vous avez raison.

Et je n’essaierai même pas de rattraper le coup en vous faisant croire que j’apparais moi aussi dans la vidéo en tant que lanceur virtuose car ceux qui me connaissent un peu pourraient s’étouffer de rire…

Et maintenant place au spectacle car comme dirait un ami vigile très sympathique : « Le visionnage d’une video de surveillance vaut mieux qu’un long discours »…

Share